Quels sont les métiers du management et de l’ingénierie juridique ?

Dans leurs activités, les entreprises ont de nombreuses décisions à prendre. Cependant, chaque choix stratégique, chaque orientation dans la gestion de leur organisation interne et des ressources humaines peut avoir des conséquences juridiques inattendues. Le droit étant un sujet qui demande des connaissances particulièrement avancées, pour être guidées et éviter les problèmes juridiques, les entreprises font généralement appel à des professionnels aussi bien formés au droit qu’au management. Quels sont les métiers du management et de l’ingénierie juridique ?

En quoi consistent les métiers du management et de l’ingénierie juridique ?

Les métiers du management et de l’ingénierie juridique ont un but très clair : veiller à la conformité des activités d’une entreprise avec les règles juridiques en vigueur. Généralement sollicitées dans de grandes entreprises ou institutions financières, ces fonctions sont d’une importance majeure, car les entreprises doivent respecter un très grand nombre de lois, sous peine de s’attirer des problèmes légaux. C’est pour éviter tout risque qu’elles font appel à des professionnels qualifiés. En effet, seule une personne formée au droit et au management saura guider les dirigeants pour leur éviter de prendre des décisions qui les mettraient dans l’illégalité, tout en prenant en compte les réalités et les besoins d’une entreprise.

Les métiers du management et de l’ingénierie juridique

Les métiers du management et de l’ingénierie juridique comprennent plusieurs postes avec des spécialités variées, dont voici quelques exemples.

  • Consultant juridique, dont l’objectif est de prévenir les risques juridiques d’une entreprise. Ses tâches comprennent également la résolution des litiges et la préservation des droits de son employeur, tout en respectant les lois en vigueur. En plus de ces missions de conseil, un conseiller juridique peut se voir confier la rédaction des contrats liant la société à ses employés ou partenaires. Ce professionnel peut aussi travailler pour les établissements publics et administrations de l’Etat.
  • Juriste contentieux / conformité, auquel l’entreprise a recours pour éviter toute sorte de contentieux ou de litige de nature juridique. Pour cela, il renseigne son employeur sur les questions juridiques, établit des actes, monte des dossiers de plaidoirie, etc. En cas de litige, c’est lui qui représente sa société devant les administrations fiscales ou judiciaires.
  • Juriste d’achat, qui apporte son expertise pour aider l’entreprise à négocier les contrats la liant à ses partenaires et fournisseurs. Parfois, c’est lui-même qui rédige ces contrats (en plusieurs langues s’il le faut). Ce professionnel est en même temps chargé d’étudier en amont les procédures d’achat de l’entreprise et de veiller à ce qu’elles respectent les lois en vigueur.
  • Juriste d’affaires, dont le quotidien est construit autour de missions aussi variées que la gestion des contentieux, la défense des intérêts de l’entreprise devant un tribunal ou encore la négociation des contrats entre l’entreprise et ses collaborateurs, partenaires et ambassadeurs.
  • Responsable juridique, qui consiste à veiller à ce que son entreprise travaille dans le strict respect des lois en vigueur en ce qui concerne la production, la gestion du capital humain, etc. A ce rôle préventif s’ajoutent la gestion des contentieux et la protection des droits de l’entreprise en cas de litige.
  • Juriste fiscaliste un poste qui demande de veiller à la bonne application des réglementations fiscales au sein d’une entreprise. Il peut également accompagner le juriste d’entreprise, le juriste d’affaires ou le responsable juridique pour le suivi des dossiers juridiques en cours.
  • Juriste d’entreprise, dont l’objectif est d’éviter les problèmes juridiques à son entreprise en veillant à l’application de la loi dans tous les services.

Quelle formation ?

De par leur spécialisation, les métiers du management et de l’ingénierie juridique requièrent une formation solide de niveau Bac+5 au moins. Un haut niveau d’étude vous permet d’acquérir toutes les connaissances économiques et juridiques à avoir dans le secteur. En outre, des études longues vous apprennent à suivre les évolutions des lois et à vous y adapter.

Si ces métiers vous intéressent, l’ESAM vous propose son Master of Science Juriste d’Affaires. D’une durée de 2 ans, il vous permet d’obtenir un titre certifié RNCP de niveau 7 (Bac+5).

Le programme du MSc Juriste d’Affaires comprend des modules consacrés au management d’entreprise, mais aussi au droit des affaires. Il vous donne aussi l’occasion d’améliorer vos capacités en langue, notamment l’anglais, dont la maîtrise est essentielle pour communiquer avec des partenaires étrangers. Les cours sont dispensés par des professionnels expérimentés.

Témoignage de Sabrina Pugin – Juriste d’affaires internationales – Axens

« Après deux années d’expériences professionnelles chez Cargill France en tant que Juriste junior, j’ai intégré la société Axens, filiale de l’Institut Français du Pétrole Énergies Nouvelles, comme Juriste d’Affaires Internationales en CDI. Au sein du département Affaires Juridiques et Accords, j’assure la sécurité juridique de la société et la protection de son patrimoine face aux risques, notamment par la rédaction et la négociation des contrats de vente de produits à l’international. »

Sabrina Pugin –Juriste d’affaires internationales – Axens – Promotion 2010

PARTAGER