Actus de l'ESAM

Les tendances du management

Management : ce qui change en 2020

30|07
2019

Entreprise étendue, futur du travail, révolution numérique, qualité de vie au travail, qualité du travail au travail, flexibilité, recherche de sens, engagement, recrutement prédictif… En vrac, ce sont là les principales caractéristiques, tendances et préoccupations du monde du travail actuel et à venir. Depuis la prise de pouvoir des générations Y et Z et les mutations sociales qui se sont ensuivies, les entreprises n’ont cessé d’adapter leurs modes de management, et ça continue. Zoom sur les principales tendances du management en 2020.

Génération Y et Z : changement du rapport au travail

Le lieu de travail évolue rapidement. De la manière dont nous communiquons et collaborons aux avantages qui attirent et fidélisent les nouvelles générations de travailleurs. Les Millenials, qui n’ont jamais connu un monde sans numérique, représenteront 75 % des effectifs salariés en 2025. Cette génération a un rapport au travail différent de son aînée car elle exprime des besoins nouveaux : responsabilisation, partage des valeurs de l’entreprise, besoin de reconnaissance et de valorisation… Seules les entreprises qui prennent en compte ces différences et planifient en conséquence pourront s’adapter au monde du travail à venir. Des modes d’organisation et de management plus libérés, plus « aérés » et plus flexibles doivent être mis en place pour adapter le fonctionnement du lieu du travail à une génération, qui est, en outre :

  • digital-native” : les jeunes générations sont les témoins de la 4e révolution industrielle : la révolution digitale ;
  • impatiente et peu encline à la fidélité : une étude de l’Association for Talent Development (ATD) révèle que 91 % des Millennials disent ne pas compter rester avec une entreprise au-delà de 3 ans. La jeune génération est très ambitieuse, ce qui peut se traduire par de l’impatience ;
  • engagée socialement : les Millennials tendent de plus en plus à soutenir des causes environnementales et sociales et à consommer de manière responsable. Selon l’étude d’ATD, 75 % des Millennials disent avoir de l’estime pour les entreprises qui soutiennent une cause sociale.

Manager en 2020 : les principales tendances

Depuis la révolution numérique, le modèle d’organisation des entreprises évolue au rythme des innovations technologiques et des mutations sociales qu’elles induisent. Un changement de paradigme qui doit aussi prendre en considération l’évolution du profil des travailleurs et de leurs attentes.

Un management personnalisé

2020 sera l’année du « clash des générations », avec pas moins de 4 générations qui partageront le même espace de travail : X, Y et Z, en plus des baby boomers. Naturellement, l’âge et le mode d’éducation sont, entre autres, les facteurs qui déterminent les attentes de chacun, d’où les différences exacerbées des points de vue et des priorités de ces générations. L’enjeu pour les managers en 2020 est de tendre vers une gestion plus personnalisée, plus individualisée des collaborateurs.

Priorité à l’intégration travail-vie privée

Exit l’équilibre vie professionnelle-vie privée, place à l’intégration travail-vie privée. La technologie mobile a changé notre façon de travailler. La connectivité est maintenant permanente et ininterrompue, ce qui fait que l’on est virtuellement toujours « en poste ». À cet égard, les générations Y et Z ont appris à jongler constamment entre vie privée et vie professionnelle : les Millennials estiment qu’il n’y a plus de frontières entre travail et vie privée et recherchent des opportunités de carrière qui permettent aux deux de coexister.

Plus de flexibilité en 2020

Toutes les études s’accordent à dire que les Millennials s’attendent à plus de flexibilité en entreprise. Leur cauchemar ? Rester cloisonné dans un bureau toute la journée, avec la perte de motivation que cela implique. En 2020, les managers devront identifier les besoins en flexibilité des collaborateurs et proposer des méthodes claires, en ligne avec les grands principes du concept d’entreprise étendue (télétravail, horaires flexibles, pauses libres…).

Introduction du « Design Thinking »

Connectivité permanente, flux ininterrompu d’informations, frontière qui s’estompe entre travail et vie privée… Le travailleur contemporain est sujet au stress au quotidien. En 2020, les managers devront mieux comprendre les facteurs de stress qui affectent les employés et, in fine, les résultats de l’entreprise. D’où le rôle du “Design Thinking”.

Le Design Thinking est une approche globale centrée sur l’utilisateur dont le but est de produire des services innovants. Daniel J. Sims, le principal designer chez Procter & Gamble, définit le Design Thinking comme un processus où les humains sont au centre de toutes les décisions. Dans un contexte où les employés sont des clients internes de l’entreprise, les concepts du Design Thinking (empathie, droit à l’erreur, travail en équipe pluridisciplinaire…) sont utilisés pour améliorer l’expérience des collaborateurs.

Plus de place à la formation continue et aux soft skills

Les employés s’attendent à avoir des opportunités d’apprentissage continu en entreprise. En fait, 35 % des Millenials estiment que les formations de qualité et les programmes de développement professionnel sont les facteurs les plus déterminants de la qualité de vie au travail. En 2020, la priorité sera donnée aux formations sur les soft skills, aidant à développer des compétences de pensée critique en simulant des scénarios de résolution de problème.

Collaboration vs concurrence : la montée en puissance des équipes collaboratives

L’avenir de l’organisation du travail appartient au réseau d’équipes. Selon le cabinet Deloitte : « à certains égards, les entreprises sont en train de devenir plus comme les équipes de production de films hollywoodiens et moins comme des sociétés traditionnelles, avec les gens qui se réunissent pour aborder des projets, puis se séparer et passer à de nouvelles missions une fois le projet terminé ».

Fondée le 27 avril 1997 sous le nom d’ING Direct Canada, Tangerine Bank illustre parfaitement les propos de Deloitte. Précurseuse en matière de culture collaborative, la banque a éliminé les intitulés de poste, les bureaux et la place de stationnement traditionnellement réservée au PDG pour arriver à des résultats exceptionnels, fruit de son approche collaborative, d’après son PDG. Selon Forbes, Tangerine Bank arrive aujourd’hui à gérer 25 à 30 fois plus de clients que ses 5 plus grands concurrents sur le marché canadien.