Actus de l'ESAM

Marie étudiante en 3ème année à l’ESAM Lyon, vous parle de son stage sur l’île de Malte … Qari tajjeb ! :)

01|04
2019

En 3ème année, l’ESAM vous propose de nourrir votre expérience professionnelle et personnelle en effectuant un stage de 5 à 6 mois à l’étranger. Aujourd’hui nous partons à la rencontre de Marie, qui a choisi de découvrir la belle île de Malte.

  • Pourquoi avoir privilégié un stage à l’étranger ? Pourquoi cette destination ?

Mon premier objectif était d’améliorer mon anglais, donc j’ai privilégié les pays anglophones. J’avais envie d’une destination attrayante et cette fois pas très loin de la France (comme j’ai déjà passé 4 mois au Québec). Malte s’est avérée être la destination qui regroupait tous mes critères, en plus d’être située en Europe et donc de pouvoir bénéficier de la bourse Erasmus, puisque les stages sont rarement rémunérés ici.

Quelles ont été tes premières impressions sur le pays ?

C’est tout petit ! On peut aller d’un bout à l’autre assez rapidement donc je pense qu’en 6 mois je connaîtrai très bien l’île. Ici la langue principale reste le maltais même s’ils sont tous bilingues, qui est un langage assez surprenant mélangeant le français, l’italien, l’arabe et l’anglais (à cause de leur histoire assez complexe). L’architecture est magnifique et ressemble un peu à celle de la Sicile avec beaucoup de couleurs (les balcons et les volets sont peints en rouge, bleu, vert, jaune…). On se sent vraiment en sécurité : il n’y a pas d’histoires de cambriolages ou d’agressions comme on peut avoir l’habitude d’entendre tous les jours en France, et je peux rentrer seule très tard le soir sans me faire de soucis. En revanche être piéton à Malte peut causer des difficultés car il n’y a pas toujours de trottoirs le long des routes, ce qui peut parfois être très dangereux ! Mais c’est un pays que je recommande car les paysages sont magnifiques et les gens accueillants.

  • As-tu connu la barrière du langage ?

Bien sûr le 1er mois a été difficile puisqu’il faut « se remettre dans le bain » avec l’anglais et surtout se faire à leur accent, qui est différent de celui de nos professeurs et de ce qu’on peut entendre en cours dans les écoutes. Je faisais beaucoup répéter pour être sûre de comprendre ce qu’on me demandait et parfois c’était un peu gênant parce que j’avais l’impression de ne pas être compétente du tout. Mais en 2 mois j’ai déjà énormément progressé et aujourd’hui je n’ai plus du tout de problème pour les comprendre et on me donne même plus de responsabilités.

  • Quelles différences as-tu remarqué entre la culture du travail française et celle de ton pays d’accueil ?

Je ne sais pas si ce sont des comportements liés à la culture du pays ou à la culture de l’Hôtel où je travaille, mais les gens sont vraiment très reconnaissants du travail qui est fourni et remercient sans cesse, ce qui est très valorisant et donne envie de s’impliquer davantage. Tous les 4 mois nous organisons la « Recognition Week » sur un thème donné et tous les jours des activités sont prévues (massages au SPA de l’hôtel pour les employés, repas inspiré de la thématique, petit déjeuner copieux pour ceux qui travaillaient de nuit…) qui permet de remercier tout le monde de leur implication au travail. Tous les mois est également élu le Collègue du mois par les Responsables de service et chacun reçoit pour son anniversaire une carte de vœux signée par le Directeur de l’hôtel, le manager et la Directrice RH ainsi qu’un coupon de 20€ à utiliser pour n’importe quel service que propose l’hôtel. Les employés sont vraiment mis en avant. Ce qui est moins bien, c’est qu’il y a énormément de process à suivre dans les démarches et on doit créer des checklists pour ne pas oublier une étape, car c’est impossible de se rappeler de tout.

 

  • Quel est ton rôle au sein de cette entreprise ? Quelles sont tes missions ?

Je suis Assistante RH Administrative au sein d’une équipe de 5 personnes et nous gérons les 200 employés de l’Hôtel ainsi que les intérimaires. Mes missions principales sont de traiter toutes les candidatures que nous recevons et d’organiser les entretiens si besoin, de mettre à jour les dossiers des employés, de créer des affiches d’évènements ou d’information à l’intention des employés, de mettre à jour les tableaux d’affichages avec les postes à pourvoir et les différentes informations relatives à la vie de l’hôtel, d’assister à l’organisation des évènements, de gérer les absences et les congés maladie ainsi que les badgeages, de mettre à jour le fichier des formations reçues par les employés et d’accueillir les nouveaux stagiaires. C’est un poste très polyvalent avec beaucoup de contact humain, exactement ce que j’aime !

Que fais-tu de ton temps libre ?

Bien sûr je sors faire la fête puisque Malte est quand même une destination très prisée pour ça ! Et tous les weekends je pars découvrir un nouvel endroit de l’île parce qu’il y a pleins de choses à voir et à faire, le pays est très riche en Histoire.

Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées ?

Les bus ! Ici ils égalisent la SNCF : soit ils sont en retard, soit ils ne passent pas du tout. Heureusement que je n’en ai pas besoin pour faire les courses ou pour aller travailler parce que je suis bien située, mais pour ceux qui doivent le prendre tous les jours ça peut vraiment être embêtant.

  • Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui part faire un stage à l’étranger ?

Conseil n°1 : être ouvert d’esprit. Ne pas avoir peur d’aller vers les autres et être curieux des coutumes du pays et de la vie quotidienne des habitants.

Conseil n°2 : Si ton objectif est d’améliorer ton anglais, fuis les français ! À Malte il y a une importante communauté francophone et le piège est d’en faire partie, car tu ne progresseras pas autant que si tu passes ton séjour avec d’autres étrangers, et cela ne sera pas aussi enrichissant.

Conseil n°3 : n’ais pas honte de ton niveau d’anglais. Si tu as été accepté(e) en stage c’est que ton profil plaisait. Ils savent donc que les premiers jours font être difficiles mais que tu vas progresser très rapidement.

  • Quel bilan fais-tu de ces premiers mois ?

Ces deux premiers mois sont passés vraiment très rapidement, je ne me suis pas ennuyée ! J’ai fait beaucoup de rencontres enrichissantes, le pays est vraiment très agréable à vivre (paysages, rythme de vie) mais la nourriture française reste quand même inégalable…