Actus de l'ESAM

le leadership de demain

Les caractéristiques du leadership de demain

17|07
2018

« L’innovation systématique requiert la volonté de considérer le changement comme une opportunité » (Peter Drucker). Face aux avancées technologiques engendrant de profondes mutations, le leadership et les approches globales du monde de l’entreprise connaissant également des refontes majeures, nécessitant de nouveaux profils à même de faire face aux difficultés tout en sachant saisir les opportunités avec un esprit d’innovation certain menant à un nouveau processus clé.

Un esprit novateur pour anticiper les tendances et besoins

L’innovation est un impératif pour répondre aux nouvelles exigences des consommateurs, mais aussi améliorer la productivité et le CA d’une entreprise, établir de nouveaux partenariats, et surtout faire face à une concurrence désormais accrue. Cette vision stratégique est largement montée en puissance au cours des dernières années au point d’offrir à l’innovation un contexte qui dépasse largement la seule suggestion d’idées nouvelles : l’innovation renvoie aujourd’hui à la manière globale d’appréhender le changement, et surtout, d’y faire face. Le processus créatif permet ainsi d’exploiter de nouvelles idées visant à contribuer au développement de l’entreprise en améliorant ses processus. Les entreprises ne peuvent plus passer à côté de l’innovation, selon l’édition N° 10 de « L’état de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en France », parue en avril 2017, la dépense intérieure de la recherche et développement (R&D) s’élève à 47,9 milliards d’euros, soit 2,24% du PIB, avec 575 800 personnes qui se consacrent à une activité de R&D en France.

La R&D fait en effet partie des approches novatrices dédiées à l’innovation, par des phases de recherche (fondamentale et appliquée), ainsi que de développement. Les entreprises peuvent également être amenées à coopérer avec des centres de recherche publics ou privés, mais aussi à faire appel à des start-ups afin de stimuler l’innovation. Whyers propose ainsi de mettre en relation des start-ups avec des grandes sociétés afin de répondre à leurs problématiques par des pratiques propres à la nouvelle économie. Julien Masson, co-fondateur, explique que « grâce à son regard neuf et à son expérience différente, « le startuper » propose de nouveaux modèles d’analyse, soulève d’autres problématiques et peut suggérer une disruption inattendue ». Le management doit également s’adapter, et c’est notamment le cas du design thinking, qui fait appel à l’intelligence collective. Sans oublier les événements ponctuels comme les trophées de l’innovation ou les tendances hackathons, qui prônent l’esprit de compétition, et le placent comme levier d’innovation. Certaines entreprises n’hésitent plus à solliciter leurs clients en ouvrant le processus de création par des plateformes permettant de partager des idées, à l’instar du groupe Oxylane propriétaire de Décathlon qui a lancé sa plateforme Open Oxylane. Vincent Textoris, open innovation manager, précise que « cette plateforme n’a pas été conçue pour pallier un manque d’inspiration interne mais plutôt pour nous aider à identifier les idées les plus pertinentes aux yeux de nos consommateurs ».

Une touche incontournable d’entrepreneuriat

L’entrepreneuriat se marie indéniablement à l’innovation en termes de compétences actuelles et futures. Par une force de volonté indéniable, ainsi que de l’audace et de la créativité, l’entrepreneur dépasse les difficultés afin de concrétiser ses objectifs et aspirations. Il arrive à déceler des possibilités, et trouve les solutions lui permettant de passer à l’action. Pour cela, il est très souvent amené à créer mais aussi à apprendre de ses erreurs pour au final ne retenir que les méthodes et techniques les plus efficaces. « Dis-moi et j’oublierai, montre-moi et je me souviendrai, implique-moi et je comprendrai », Confucius.

C’est pourquoi le MBA KIE (Knowledge Innovation and Entrepreurship) proposé par l’ESAM intègre le learning by doing, ou apprendre par la pratique, car ne dit-on pas que « c’est en faisant qu’on apprend le mieux » ? Grâce à cette pédagogie par l’action, l’apprenant devient maître de sa formation, et a l’occasion d’explorer les champs de l’incertitude et de l’expérimentation. Les codes classiques de l’apprentissage sont ainsi cassés afin de créer un environnement stimulant et de préparer les étudiants à savoir remettre en question des business modèles traditionnels, ainsi que les modes d’organisation, en somme tout ce qui va contribuer au leadership. Dans un climat international, les cours sont dispensés à 80% en anglais, et s’adressent, de manière efficiente, à une communauté cosmopolite, le programme étant destiné aux citoyens du monde. Ce Bac+6, véritable accélérateur de carrière, comporte des temps forts, comme le projet Innovation Entrepreneurial KIE, des hackathons ou encore l’International Spring Camp, séminaire organisé sur 2 semaines au sein d’une université partenaire. Les élèves ont également l’occasion de rencontrer des spécialistes de l’innovation et de l’entrepreneuriat par le biais du Networking experts INTENTAC, composé des contacts professionnels et personnels des membres de l’International Entrepreneurship Academy.

L’ESAM, école de management de renom, accompagne ses élèves à oser, risquer, entreprendre, pour les aider à se révéler et à devenir les dirigeants de demain ! Contactez nos équipes pour découvrir notre MBA KIE ainsi que nos autres programmes de formation.