Actus de l'ESAM

Les conséquences du Bitcoin sur les métiers de la finance

17|04
2018

Les crypto-monnaies n’attirent plus seulement les investisseurs débutants en quête de nouvelles opportunités. Aujourd’hui, on retrouve parmi les « Bitcoin Enthusiasts » des géants de la finance, ayant réalisé le potentiel d’appréciation du Bitcoin et qui n’hésitent pas à injecter des sommes conséquentes dans cette monnaie virtuelle. Cet engouement n’est pas sans conséquence sur les métiers de la finance. A quoi faut-il donc s’attendre ? Eléments de réponse !

Le Bitcoin entre partisans et détracteurs

Le fonds d’investissement de Bill Miller, investisseur à succès dans les marchés financiers, est composé désormais, à près de 30%, de Bitcoins. Il a acheté ces derniers lorsque ceux-ci ne valaient que 350 dollars, et il n’a pas l’air de regretter sa décision ! Aujourd’hui, cette crypto-monnaie s’échange pour plus de 6000 dollars. « Je pense qu’il existe toujours un risque que le cours du Bitcoin s’effondre pour devenir nul. Mais chaque jour, cette éventualité ne se produit pas. Et ce risque diminue chaque jour, alors que de plus en plus de fonds de capital-risque viennent circuler dans l’écosystème du Bitcoin, et que de plus en plus de gens comprennent son fonctionnement et en achètent », a-t-il souligné. Quant à Jamie Dimon, PDG de JPMorgan Chase, il a indiqué regretter ses propos tenus en septembre dernier où il critique vertement le Bitcoin, et affirme que les banques centrales pourraient créer leurs propres crypto-monnaies. Bien évidemment, le Bitcoin n’a pas que des adeptes. Certaines grandes figures de la finance, comme le milliardaire américain Warren Buffett, font part de leur scepticisme sur l’avenir des crypto-monnaies et du Bitcoin en particulier. Néanmoins, aussi bien dans le secteur de la finance que dans celui des nouvelles technologies, l’engouement à l’égard du Bitcoin ne cesse de croître. C’est le cas notamment chez Steve Wozniak, le co-fondateur d’Apple, qui ne cache pas son optimisme quant à l’avenir des crypto-monnaies.

Emmanuel Macron veut réguler le Bitcoin

Lors de son passage au sommet de Davos, Emmanuel Macron a prôné la régulation du Bitcoin et autres crypto-monnaies, pour pallier les risques de spéculation et les détournements financiers auxquels elles sont associées. Ces actifs sont capables de créer des crises financières et doivent donc être activement surveillés par le FMI, a-t-il martelé ! Le chef d’État estime que la réglementation est nécessaire face à l’éventualité d’éclatement d’une bulle spéculative. La France et l’Allemagne ont par ailleurs demandé à ce que la question du Bitcoin soit discutée lors du sommet du G20 Finances en avril. La régulation des crypto-monnaies pourrait avoir un impact très positif sur le Bitcoin, contrairement à ce que l’on pourrait croire, en lui donnant une certaine crédibilité et encourageant ainsi les investisseurs. La France a notamment besoin d’une régulation pour lancer des services liés à la technologie blockchain.

Quel impact sur les métiers de la finance ?

Arrivées à maturité après dix ans d’utilisation, les crypto-monnaies commencent même à créer de l’emploi. Les innovations dérivées de la Blockchain, la technologie sur laquelle reposent les crypto-monnaies, n’en sont qu’à leur tout début. Une chose est sûre, les crypto-monnaies ont un grand succès auprès des millenials, et pour cause ! C’est la première génération à avoir grandi avec ces monnaies virtuelles, c’est la raison pour laquelle ils accueillent la Blockchain avec beaucoup d’enthousiasme. Aujourd’hui, des milliers de personnes, dont des profils financiers, travaillent à plein temps sur la Blockchain, comme l’indique un rapport publié par l’Université de Cambridge, pour gérer et faire circuler tous ces flux financiers, même s’il est difficile de déterminer avec exactitude combien de personnes y travaillent réellement. En certifiant les transactions par un traitement décentralisé et distribué, la Blockchain est en passe de révolutionner de nombreux secteurs d’activité comme la banque, les assurances, ou encore le notariat, l’énergie, la distribution, le transport, etc. La Blockchain ouvre également de nombreuses opportunités en termes de métiers. Les sociétés établies sont appelées, en mode préventif et anticipatif, à appréhender les usages de cette dernière dans leur domaine afin d’éviter de se faire désintermédier. C’est le cas notamment des notaires, qui doivent surveiller attentivement les évolutions de la blockchain et faire évoluer leur métier.

L’ESAM adapte ses cursus et programmes aux nouveaux besoins de la Finance, afin d’offrir à ses étudiants les meilleures chances sur le marché de l’emploi.