Actus de l'ESAM

Anne-François Houzel, entrepreneur et ancien de l’ESAM revient sur son parcours!

31|01
2018

Diplômé de la promotion 2016, Anne-François Houzel revient sur ces années à l’ESAM et raconte son parcours d’entrepreneur concernant la création de sa marque de Rhum « Whisper »

Jeune entrepreneur de 25 ans, j’ai passé mon premier cycle d’études supérieures et ma première année de Mastère à l’ESAM où j’ai pu suivre une formation en contrôle de gestion et en entrepreneuriat avant d’intégrer un Mastère spécialisé en entrepreneuriat à l’ESSEC et CentraleSupélec, et un Executive Master en communication à Sciences Po Paris.

Entrepreneur dans l’âme et porteur d’un projet dès la sortie du lycée, il m’était évident que je devais intégrer une école de Management qui allait me permettre de développer mon activité tout en conciliant une vie académique correspondant à mes attentes d’entrepreneur.

Après de nombreuses recherches et échanges, mon choix s’est arrêté sur l’ESAM pour diverses raisons qui m’ont séduites et qui ont fait de l’ESAM le choix le plus en adéquation avec mes attentes…

Dans un premier temps, le fait que le Cycle Bachelor de l’ESAM délivre des cours généralistes orientés sur le contrôle de gestion m’attirait, et allait m’apporter une connaissance globale du monde de l’entreprise, connaissance indispensable avant toute spécialisation.

Dans un second temps, le fait de pouvoir effectuer en deuxième et troisième année des stages de six mois dans ma propre structure était un atout majeur dont ne disposaient pas les autres écoles. Et cet atout m’a permis de me consacrer plus de huit mois par an sur le développement de mon activité, ce qui a abouti au lancement de celle-ci dès le début de ma quatrième année où j’ai pu faire mon alternance, encore une fois, dans ma propre structure.

Ce projet, c’est une marque de rhum répondant au nom de « Whisper ».  Mais à l’origine, celui-ci était bien différent et se consacrait uniquement au négoce de vins et spiritueux à Antigua, île où j’ai pu grandir et où est produit mon rhum. Mais après trois mois d’activités, nous nous sommes rendus compte avec mon associé, Humbert Achard de la Vente, que le rhum suivait une progression des plus importantes dans le marché des spiritueux, avec une croissance annuelle allant jusqu’à 7% par an en France, et la distillerie d’Antigua appartenant à la même entreprise que la société de négoce de vins et spiritueux avec laquelle nous travaillions, nous avons décidé de rebondir !

Ce rebond, il arrive en décembre 2013, un mois avant un stage de six mois à effectuer en entreprise. Ce stage était une opportunité qui allait me permettre au moment où j’en avais le plus besoin de consacrer l’ensemble de mon temps libre à ce nouveau projet qu’était la création d’une marque de rhum en collaboration avec l’unique distillerie d’Antigua, distillerie traditionnelle Anglaise de 1932 dont le savoir-faire et l’authenticité ne sont plus à prouver.

Ces six mois ont été consacrés à la création de la marque, à l’achat de fûts, à la mise en place de la logistique et surtout à l’apprentissage… l’année suivante, nous avions encore un stage à effectuer en entreprise, et une nouvelle fois la Direction de l’ESAM a accepté que je fasse ce stage dans ma propre structure, ce qui m’a permis cette fois-ci de partir à Antigua afin de finaliser mon projet.

Trois mois plus tard, je vendais ma première bouteille de rhum ! Et aujourd’hui, le rhum Whisper est distribué à travers plusieurs milliers de points de vente, est présent dans 16 pays d’Europe, et a reçu en 2017 plusieurs prix internationaux. Ce lancement m’a valu d’être désigné comme étudiant du mois, ou encore étudiant à suivre en 2016 par le magazine « Le Figaro ».

Pouvoir appliquer la théorie à la pratique et concilier une vie académique avec le développement d’un projet professionnel font du programme de l’ESAM le cursus indispensable à l’étudiant qui se veut entrepreneur. Et ce cursus, à travers son programme et sa disposition, m’a incontestablement permis de me lancer dans l’entrepreneuriat avec le bagage intellectuel suffisant et la confiance dont a besoin un jeune entrepreneur.

Et l’ensemble de ce bagage, composé d’expériences et de connaissances, continue à me suivre et à avoir un impact sur mes choix. En effet, un an seulement après avoir quitté l’ESAM, j’ai créé ma seconde entreprise, une application mobile de networking professionnel répondant au nom de « Background ». Sa fonctionnalité, permettre à son utilisateur de savoir qui l’entoure lors d’événements professionnels et sociaux en ayant accès au parcours académique et professionnel de chacun afin d’optimiser les bonnes rencontres.

Lancée officiellement en décembre dernier, Background a déjà été citée parmi les 33 applications indispensables en 2018 par le magazine « Maddyness ».

Il est évident que le choix d’une école a un impact des plus importants sur le futur d’un étudiant, et en ce qui concerne le mien, il a été forgé par l’ESAM à travers les connaissances apprises, les expériences vécues, et la relation de confiance fondée entre cette institution et l’étudiant que j’étais qui m’a permis d’effectuer mes stages au sein de mon entreprise et d’avoir avant même la fin de mon parcours académique une société qui tourne…