Actus de l'ESAM

agilite en entreprise

L’agilité en entreprise, est-ce viable pour tout type de structure ?

30|08
2018

Pour les grandes structures comme pour les PME, l’agilité apparaît souvent comme un défi. À première vue, pérennité des rendements, économies d’échelle et vitesse ne pourraient que s’opposer. Pourtant une étude menée par Accenture auprès de 277 entreprises a montré que celles qui parviennent à combiner stabilité structurelle et vitesse avaient 436% plus de chances d’être plus performantes que les autres entreprises de leur secteur d’industrie. Pour atteindre ce fameux équilibre, ces entreprises, dites agiles, se sont dotées d’un ensemble d’éléments ouverts et dynamiques en appui à d’autres reconnus comme robustes et stables. Vers quels nouveaux modèles d’entreprise s’orienter ? A quoi devrait ressembler l’entreprise agile de demain ?

Sortir de la vision mécaniste de l’entreprise agile

Alors que les transformations digitales s’accentuent, les entreprises n’ont d’autre choix que de se remettre en question afin d’assurer une croissance pérenne. L’agilité est ainsi entrée progressivement dans les directions opérationnelles, puis s’est étendue aux directions juridiques, financières et RH. Start-ups, PME et grandes entreprises multinationales oscillent entre plusieurs configurations pour casser les lourdeurs organisationnelles, coordonner des équipes agiles, mais surtout répondre à un besoins d’adaptation rapide aux changements. Les petites entreprises et les startups auront certainement plus de facilité que les grandes structures qui doivent entamer une démarche managériale bien isolée.

Dans ce cas, plusieurs options sont offertes. Il s’agira par exemple de distinguer une entité de prestation (par fonction, ou zone géographique) et une entité de rattachement pour chacune des équipes agiles. Cette dernière établit les directives générales et met à la disposition des collaborateurs l’infrastructure et les outils nécessaires pour accomplir leurs missions tout en bénéficiant d’une large autonomie. Rien n’empêche toutefois d’appliquer au sein des structures traditionnelles des bonnes pratiques issues du modèle agile : Orange réserve depuis 2016 un bâtiment pour ses équipes agiles, Air France leur dédie des espaces de travail et Boursorama a misé en 2015 sur le rachat de la jeune pousse Fiduceo. Dans chaque cas, des synergies seront créées et le dynamisme sera apporté par de petites unités informelles et parfois même éphémères.

Agilité de l’entreprise : un levier, pas une baguette magique

L’approche DevOps en ingénierie informatique vise par exemple à rapprocher les équipes du développement logiciel et celle d’exploitation afin de réduire le « time to market », le Lean Startup vise à créer une entreprise cohérente appuyant les directions R&D et opérationnelles pour améliorer l’offre de produits et/ou services et pivoter si le marché n’est pas solvable. L’Agile Marketing Manifesto, de son côté, adapte les 4 valeurs et 12 principes des méthodes agiles aux directions marketing et digitales. L’agilité nécessite de petits réajustements, selon le contexte, les besoins et le secteur d’activité, pour faciliter le redéploiement rapide des ressources afin de remédier à une situation de crise, ou encore saisir une opportunité, mais la structure générale demeure intacte. Dans ce sens, la responsabilité de l’entité de rattachement serait également de veiller à l’employabilité et au développement des compétences des collaborateurs.

Les métiers du management et de la gestion vous passionnent ? Découvrez les programmes de formation proposés par l’ESAM !